Partagez | 
 

 Saï Hakuryu [Histoire]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Saï Hakuryu
Rang D
Rang D
avatar

Messages : 49
Date d'inscription : 17/03/2015

Feuille de personnage
Points de Vie:
710/710  (710/710)
Points de Mana:
70/70  (70/70)
Stat:
StatBase Equip.
Niv.1
For.1015
Int.1010
Con.1010
Dex.1010
ATQ.1086
MATQ.3434
DEF.562
MDEf2222
Endu.675675
Vit.66
AM22

MessageSujet: Saï Hakuryu [Histoire]   Sam 21 Mar - 11:01




Histoire:

Anauroch, commissariat de Dûrgrimst, 15 octobre 4846, 10:20

La salle d’interrogatoires, une petite pièce sans fenêtres et d'à peine huit mètres carrés, était uniquement éclairée par un néon blanc accroché au plafond. Sa lumière désagréable, suffisait amplement à éclairer les murs gris de l'endroit ainsi que les tristes personnages qui y étaient amenés. Les murs étaient lisses et propres, le bâtiment semblait être neuf mais ce n'était pas pour autant le cas de ceux qui y travaillaient. A part quelques nouvelles recrues fraîchement déversées sur les bras du bureau par l'académie, la majorité des employés étaient des vétérans expérimentés qui étaient venus finir leur carrière dans un coin tranquille
où il ne se passait pas grand chose. 

C'est un de ces officiers qui entra dans la salle.

Ambiance:
 

L'homme referma calmement derrière lui la porte et alla s'installer sur l'une de deux chaises qui entouraient la table qui trônait au milieu de la petite salle. Une fois assis, il déposa sur la table une tasse de café encore chaud et un fichier jaune contenant divers documents. Pensif et visiblement fatigué, il regarda le tout en silence pendant un moment.

Travailler en Anauroch avait ses mérites, la paye était bonne, le niveau de vie exemplaire et ici, le fait qu'il soit un elfe n'avait aucune importance. Seulement, peu importe où quelqu'un se trouvait, il y avait toujours ceux qui foutaient la merde! Ceux qui ne voulaient pas jouer tranquillement avec les autres. En gros, il y avait partout des couillons prêts à enfreindre la loi et Anauroch ne faisait pas exception à la règle!

L'officier soupira, regarda amèrement le dossier posé sur la table, puis prit une gorgée de café pour se redonner courage. 

La nuit avait été longue et difficile, l'elfe était complètement crevé et prêt à s'endormir sur place. Pourtant il avait encore une heure devant lui avant de pouvoir rentrer à la maison. Au moins, le reste du travail ne devait pas être particulièrement difficile, il n'avait plus qu'un prisonnier à interroger, une fois cette affaire pliée, il quitterait finalement cet endroit pour rejoindre son lit!

Résolu à son sort, il reposa sa tasse sur la table et saisit le dossier qu'il ouvrit. 

La première page était une fiche d'information qu'il commença à lire mécaniquement et sans réel intérêt. 

Nom: Hakuryu

Prénom: Saï

Nationalité: résident de la nation d'Izashi

Occupation: aventurier de rang D

Armes lors de l'incident: voir attaché

Suivait une liste des bien personnels du prisonnier et un long paragraphe détaillant le contexte de l'incident et l'événement lui même. L'officier survola ces descriptions avant de tourner la page pour y voir attaché la photo du prisonnier. 

On pouvait y voir un jeune individu faisant dans les 1m80, aux longs cheveux blancs qui lui descendaient jusqu'au bas de la nuque. Ceux-ci se rebellaient par endroits, refusant de rester lisses et créant des pointes aléatoires ci et là. Ses yeux, légèrement plissés, étaient d'un intense vert clair à vous percer l'âme. Sa paupière gauche était couverte d'une cicatrice verticale qui bien que soignée, restait assez rouge pour témoigner qu'une lame n'était pas passée loin de lui ôter la vue. Son visage était harmonieux, assez beau malgré sa blessure et surtout couvert d'un énorme sourire narquois. 

Comme si son sourire moqueur et jovial ne suffisait pas, l'individu avait prit une pose complètement inappropriée. Il avait fait le V de la victoire avec sa main droite et avait prit une pose de superman avec le reste de son corps. "Tu parles d'une photo d'incarcération!" pensa l'officier en regardant dubitatif l'image du zouave. 

Ambiance:
 

C'est à ce moment qu'on toqua à la porte. Celle-ci s'ouvrit pour laisser apparaître le prisonnier sur la photo, accompagné d'une charmante demoiselle qui était l'une des recrues les plus récentes du commissariat. 

Cette dernière fit avancer gentille-ment le prisonnier dans la salle avant de faire un salut à son supérieur en plaquant son poing sur le cœur. 

???: " Monsieur! Armsman 1st class Miyabi Ackerman monsieur! Je vous amène le prisonnier Saï Hakuryu pour interrogatoire! "

L'elfe la regarda complètement bluffé, pratiquement dégoutté qu'elle ait encore autant d'énergie après une nuit pareille. Mais quel était donc son secret? Était-ce par ce qu'elle était si jeune? Était il lui même vieux du coup?! Masquant son soudain coup de vieux derrière une gorgée de café, il répondit calmement à la pile électrique.

???: " Repos Ackerman, il est trop tard ou trop tôt pour ce genre de formalités à cette heure-ci..."

La recrue finit par rentrer dans la salle où elle installa le prisonnier sur la chaise en face de celle de son supérieur. L'homme aux cheveux nacres et aux mains menottées, avait maintenant une expression neutre et un sérieux qui contrastaient grandement avec son expression sur la photo de son dossier. 

Il prit place sur la chaise qui lui était destinée sans tenter quoi que ce soit. Il fit également preuve d'un manque d'intérêt presque inquiétant pendant que la jeune fille lui attachait un pied à la chaise à l'aide d'un dispositif adapté.

Miyabi: " Voilà... Prisonnier sécurisé. Etes vous sûr que vous ne voulez pas que je reste en tant que garde monsieur? "

???: " Non Ackerman, c'est bon, vous pouvez y aller. Je vous remercie. "

La milicienne novice quitta prestement la pièce, non sans faire un dernier salut avant de renfermer la porte derrière elle.

Les deux hommes restés seuls dans la pièce se regardèrent en silence. Bien que le prisonnier n'avait encore rien dit pour l'instant, il était relativement clair qu'aucun d'eux n'avait spécialement envie d'être ici.

Ambiance:
 

L'officier soupira à nouveau, tout en cherchant de la main son paquet de cigarettes qu'il finit par sortir de sa poche avant de s'en allumer une. Constatant que l'homme en face de lui avait presque l'air de s'ennuyer, il lui tendit le paquet en lui proposant une clope.

???: " Est-ce-que vous fumez monsieur Saï? "

Gardant son silence, le prisonnier lui fit non de la tête. Pas plus froissé que çà, l'inspecteur retira son paquet sans la moindre animosité.

???: " Je vois. Bon... Je suis l'inspecteur Luden Kreiss et j'ai été désigné pour m'occuper de vous... Et si on commençait à parler de votre cas? On vous a dit pourquoi vous êtes là n'est-ce-pas? "

Le prisonnier finit par afficher un petit sourire en se rapprochant de la table. Il répondit alors à l'inspecteur sur un ton arrogant qui ne manqua pas d’énervé l'officier déjà de relativement mauvais poil. 

Saï: " Vous ne savez pas qui je suis ni de quoi je suis capable. Il vaudrait mieux pour vous tous de me relâcher immédiatement! "

Cependant, ce dernier étant un bon professionnel, il veilla à rester courtois dans sa réponse bien qu'il ne put s’empêcher d'hausser un peu la voix. 

Luden: " Je sais très bien qui vous êtes monsieur et à quel clan vous appartenez! Si vous pensez que le prestige de votre famille suffira à vous sortir de cette merde, vous vous fourrez le doigt jusqu'à l’œil! Maintenant cessez vos menaces avant que j'ajoute cette charge dans votre dossier et que je vous jette dans une cellule pour le restant de la semaine! "

L'individu face à lui haussât les épaules en désespoir.

Saï: " Comme vous voudrez! Vous ne pourrez pas dire que je vous ai pas prévenu... "

Luden: " C'est çà c'est çà! Ecoute gamin, je n'ai pas la patience pour tes conneries! Alors terminons çà qu'on en finisse et que je puisse rentrer chez moi en paix! "

Saï: " Amen! Je ne demande qu'à partir moi aussi! "

L'officier reprit son sang froid et joint les mains pour s'accouder sur la table, fixant son interlocuteur d'un regard sévère.   

Luden: " Bon. Quelle est ton histoire? "

Saï: " Très bien, très bien! Prépares toi à entendre l'histoire la plus épique de ta vie! Tout commença... "

Ambiance:
 

Il y a fort longtemps, 20 ans pour être exact, dans la pas si lointaine contrée d'Izashi, naquit une légende, l'homme qui allait devenir le plus grand guerrier de notre époque! Troisième fils de la famille principale du clan Hakuryu, le plus respecté du pays, cet enfant ne pouvait qu'avoir un destin hors du commun! 

Dès son plus jeune age, il fut entraîné par le maître de la famille à l'art de l'épée et la voie du guerrier, aux cotés de ses deux grands frères et de sa grande sœur. L'entrainement était dur et impitoyable, la prochaine génération d'une famille si prestigieuse ne pouvait être rien de moins que parfaite! Pourtant, malgré ces attentes complètement insensées, les enfants relevèrent le défit encore et encore, surprenant les adultes à chaque occasion grâce à leurs prouesses. 

Certains vous dirons que ces gamins étaient voués à l'excellence dès le départ, rien qu'en partant de leurs gênes, ces gens ont peut être raison. Leur père était reconnu mondialement comme le meilleur manieur du katana dans son jeune âge, il était le chef actuel du clan Hakuryu est avait prit comme épouse leur mère, une charmante femme qui était la plus grande fille du clan Kanade, un autre des 9 clans principaux d'Izashi. Cette dernière était également reconnue pour ses talents d'escrimeuse et était vénérée comme une célébrité à travers le pays, tellement ses combats étaient une chose de beauté celons les rumeurs. 

Bref, autant dire que leurs progéniteurs avaient placé la barre un peu haut. Naturellement, comme si cela ne suffisait pas, aucun des accomplissements des enfants n'était dût à leur travail ou à leurs nombreux efforts lors des entrainement. Non, tout était dans la génétique, leurs résultats étaient naturels, moins en faire serait de la paresse, échouer serait criminel. Du moins, c'est ce que la majorité des gens autour d'eux semblaient penser. Leurs parents, moins aveugles probablement que le reste du monde, pensaient autrement. 

Le père, Gestalt de nom, était un homme stricte, autant lors des entraînements que dans la vie quotidienne, bien qu'il appréciait les efforts et les résultats de ses enfants, il n'était pas du genre à les féliciter, il avait même tendance à en demander toujours plus. Il avait ouvertement expliqué à ses fils qu'il s'en foutait si ils réussissaient grâce à la génétique où si ils restaient éveillés toute la nuit pour rattraper leur retard, du moment qu'ils réussissaient. Aussi, bien que tout le monde dit qu'il aimait tous ses enfants, la vérité est qu'il y avait quand même un sacré classement dans son esprit. Classement qui d'ailleurs était assez simple vu qu'il était chronologique. Ses favoris étaient dans l'ordre, le grand frère, le frère intermédiaire, la sœur et finalement le petit frère. Sans surprise, c'était également le même ordre quand il s'agissait de résultats, que ce soit en arts martiaux ou en études scolaires. Bref, tout compte fait il n'était pas vraiment le père idéal quoi. D'ailleurs, les enfants ne le voyaient que lors des entraînements, des événements importants ou quand ils devaient êtres disciplinés. Etant chef de clan et guerrier de renom, faut croire qu'il avait plus important à faire que de traîner avec les siens. Du coup, les enfants étaient le plus souvent confiés à leur mère, pour leur plus grand bonheur (bien qu'il y avait ceux parmi eux qui réussissaient à apprécier le père tout autant). 

La mère... La mère était, à l'inverse du père, idéale.

Ambiance:
 

Merody Kanade, cette femme, contrairement au père, était tout ce dont les enfants auraient pu rêver. 
Merody Kanade

Douce, gentille, attentive et avec un humour hors paire, elle était tel un second soleil dans le monde des enfants. Alors que son mari avait presque abandonné la famille au profit de ses activités en tant que chef du clan, celle-ci avait inversement abandonné sa vie d'aventurière et son succès en tant qu'escrimeuse pour devenir une vulgaire femme au foyer, pour s'occuper de ses enfants. Le pire c'est qu'elle en était complètement satisfaite! Elle souriait tout le temps, elle riait, elle était heureuse! Jour après jour, elle s'occupa de ses gamins en y mettant toute son âme, les encourageant ou les réprimant selon le besoin, leur préparant elle même leurs repas etc etc... Elle leur racontait même parfois des histoires de quand elle était encore aventurière, les attirants dans un univers magique qui incitait à rêver! Il n'y a pas à dire, elle était toujours là pour ses enfants, les baignant dans son amour infini. 

Saï se tut pendant quelques secondes, regardant dans le vide, pensif. Il se réajusta sur sa chaise en laissant échapper un long soupir.

Saï: " Elle croquait la vie à pleine dents, elle était aimée de tous et avait une gentillesse et une personnalité à faire pâlir les anges de Psarosoupa. "

Il regarda Luden et lui parla avec une franchise étonnante.

Saï: " Oui. Je me souviens encore d'elle. Nous l'aimions tous énormément. Cette femme méritait le meilleur et à la place elle a eut droit au pire. La preuve indéniable que le monde est mal foutu si tu veux mon avis. "

Mais on en est pas encore là.

Bref, l'enfance des gamins était un peu spéciale. Difficile par moments mais satisfaisante, puis ils étaient loin d'être les seuls à faire face à ce genre de vie. C'est plus ou moins le cas pour tous les gamins de nobles à travers le monde non?  

Reste que chacun d'eux le vivait différemment quand même. 

Alex l’aîné, était celui qui supportait le mieux toute la pression. Ce mec est fait d'excellence. Que ce soit en travail, en loisirs ou en amours, il réussit toujours tout, au point où c'est dégueulasse! S’entraîner toute la journée? C'est fait! Devoirs pour le lendemain? C'est fait! Copine? C'est fait! Un dieu sur terre je te jure... Passons.

Le second, Gantz, était très similaire à son grand frère, sérieux et silencieux lui aussi. Il avait beaucoup de respect pour Alex et notre père et voulait leur ressembler. Seulement, peut être à cause du fait qu'il était plus jeune, il ne réussit jamais à rattraper l’aîné. Je pense qu'il restera numéro deux à vie d'ailleurs!

La sœur maintenant. Notre très chère et adorée Kashia. Celle là, elle se voulait sérieuse elle aussi mais les choses n'allaient pas toujours comme elle voulait. Déjà, bien que tout le monde reconnaissait et reconnait toujours ses efforts, elle a toujours été un peu traitée comme une enfant. En même temps, et en toute honnêteté, elle a parfois un sacré comportement de gamine! Après, elle peut être très douce dans ses moments perdus mais bon, faut trouver le moment quoi! C'était probablement celle qui était la pus proche de notre mère. Elle s'est peut être taillée une réputation de grosse dure maintenant mais elle chialait tout le temps quand on était petits! 

Pour ma part...

Je sais que cela risque de te surprendre grandement mais... Je te prie de me croire quand je te dis qu'en fait, j'ai toujours été le mauvais enfant de la famille! Flemmard, tir au flanc, médiocre au mieux à l'école, tout çà tout çà! Je préférai passer le temps en jouant des tours à mes proches, je suis passé maître des farces au bout d'un moment. Bien que je me débrouillai bien en combat, je restai loin derrière le reste de la famille, ce qui ne m'a pas valu beaucoup de sympathie de mon père. Ma mère était souvent exaspérée par mon nombre astronomique de bêtises mais elle ne se fâchait que très rarement avec nous et je ne faisais pas exception à cette règle. On s'entendait bien je dois dire, même qu'elle m’entraînait dans le style de son propre clan de temps en temps.  

Ambiance:
 

Voilà, je pense que t'as une assez bonne idée de à quoi ressemblait notre enfance. Je passe donc à l'adolescence, attention ça devient intéressant!

Pendant cette période, les relations familiales n'ont pas spécialement changées, je vais t'épargner donc les petites anecdotes de notre quotidien. Parlons potin à la place!

Alors... Pour commencer je devrai expliquer que notre clan et celui des Gaen sont assez proches et ce depuis longue date. Outres quelques petites crises ci et là causées par des dirigeants un peu trop nerveux ou ambitieux, il me semble qu'on a entretenu de bonnes relations avec eux depuis nos débuts. Qui doivent remonter à 4000 ans d'aujourd'hui, ou pas! J'en sais trop rien, comme je t'ai dis je ne faisais pas exactement attention à l'école! Bref, grâce à ces bonnes relations entres nos familles, on s'est retrouvés assez souvent, mes frères, ma sœur et moi, à jouer avec les enfants des Gaen qui ont eux aussi à peu près nos ages. Voyons, j'ai 20 ans là, donc mon grand frère doit en avoir 25, l'intermédiaire 23, et ma sœur 21, ce qui aujourd'hui place nos amis d'enfance à 24 et 19 je suppose.

Parmi ces gosses, ceux qui traînaient le plus avec nous étaient la célèbre Saya et sa petite sœur, nettement moins connue, Tsubaki.

Pour des raisons évidentes comme mon charme indéniable et mon immense sens de l'humour, Saya est rapidement tombée amoureuse de moi, sa sœur aussi. Bien-sur, mes frères étaient très jaloux de mon succès auprès des filles et ils ont commencé à bouder et à faire diverses conneries pour attirer l'attention. Evidemment la majorité de leurs efforts se sont soldés par des échecs et lors des rares occasions où les filles leur faisaient attention, c'était surtout pour rire d'eux. Je dois avouer que j'ai eu pitié d'eux pendant cette période. Cependant, quand je leur ai proposé mon aide, ils l'ont refusée avec colère, trop fiers pour l'acceptée sans doutes.   

Bref, malgré quelques incidents liés à nos vies amoureuses, la seule chose intéressante qui s'est passée pendant notre adolescence est qu'on a commencé à s’entraîner chez les Gaen également. Ils ont un style différent du notre, plus... vicieux disons. A vrai dire, il n'y avait que moi et Alex qui étions prêts à apprendre leurs méthodes. Kashia et Gantz ont préféré se focaliser sur notre propre style. Ceci dis, au bout d'un moment je suis resté seul chez les Gaen car Alex s'est cassé pour voyager à travers le monde à la recherche d'on ne sais trop quoi. Une histoire de découverte du monde et de soit je suppose. Père et mère étaient plus que d'accord malgré le fait qu'il parte seul, du coup rien ne l'a empêcher de nous quitter pour trois bonnes années. 

Ambiance:
 

Ce n'est que l'année dernière, en 4845 qu'on l'a revu.

Saï fit une petite pause, avant de continuer sur un ton plus sérieux.

 Il est rentré à la maison un beau jour, comme çà sans prévenir. Pire encore, il était accompagné! Faut croire qu'il avait réussit à se trouver une nouvelle copine pendant son voyage. Mais pas n'importe qu'elle fille, nooooooon monsieur! Alex, s'est ramené avec LA plus BELLE femme que j'ai jamais vu dans ma vie (et j'en ai vu beaucoup)!  

Cette femme, Valéria comme il nous l'a présentée, avait un magnifique visage, noble, gracieux et doté d'étranges yeux jaunes, si captivants que chacun de ses regards te donnait la sensation qu'une partie de ton âme allait quitter ton corps pour partir avec elle! 

Elle avait de très longs cheveux blonds qui lui descendaient presque jusqu'aux pieds, ce qui en dit beaucoup car elle était assez grande. Evidemment, elle avait aussi une magnifique paire de pastèques, qui n'étaient qu'à moitié couvertes par une longue robe pourpre ornée de plumes noires.    

Son comportement, sa manière de parler et de se tenir, ainsi que ses fringues, tout laissait penser qu'il s'agissait d'une sorte de noble, ce qui était probablement le cas. En tout cas elle n'était pas de chez nous ça c'est clair. Je ne sais pas dans quelle contrée mon frère est allé chercher une beauté pareille mais j'aimerai certainement m'y rendre un jour!

Je ne lui ai pas parlé beaucoup, je n'en ai pas eu l'occasion, mais de nos quelques échanges je peux dire qu'elle était effectivement très polie et bien élevée, une vraie princesse! En plus, comme si sa beauté ne suffisait pas, rien que ses yeux en disaient long sur son intelligence! On croyait y voir dans leur profondeur les secrets de l'univers tout entier!
 
Bref, pour faire court, et c'est ne pas leur faire justice ni à l'un ni à l'autre, Alex a touché le gros lot! Nos parents sont restés tous deux bouche bée. Ils étaient heureux que le plus sérieux de leurs fils soit rentré à la maison et encore plus heureux qu'il ne l'ait pas fait seul! D'ailleurs, je me souviens, ils ont tellement tenu à faire une bonne première impression qu'ils nous ont virés de force de la maison Kashia, Gantz et moi! Ils se sont enfermés dans le salon avec Alex et Valéria et ils ont discuté pendant des heures! 

Bien-sur nous ne sommes pas allés bien loin! Nous sommes restés collés au murs, aux portes et aux fenêtres en essayant d'entendre ce qui se disait à l'intérieur, mais sans succès! Vu que de toutes façons on n'entendait que dalle, Kashia se lassa de rien faire et partit prévenir Saya du retour d'Alex. 

En attendant, Gantz et moi sommes restés devant la porte, y collant à nouveau nos oreilles à chaque fois qu'on entendait des rires de l'intérieur. Tout semblait se passer très bien, rigolade et bonne humeur étaient au rendez-vous. Du moins c'était le cas pour nos parents et notre sublime invitée, car entendre Alex rire, çà jamais! A se demander ce qu'il lui faudrait pour qu'il cède un putain de sourire!  

Avec ceci et cela, la nuit ne tarda pas à tomber sur la demeure familiale, il faut dire que le couple était arrivé assez tard dans la journée. C'est quand les derniers rayons du soleil disparurent derrière les montagnes à l'horizon que les choses commencèrent à se gâter.

Une fois de plus, Saï arrêta son discours. Il regarda nerveusement ses alentours, comme si il était à la recherche d'une échappatoire. Échappatoire qu'il ne put trouver, vu qu'il reprit son discours avec une bien triste mine, regardant ses mains pour essayer de cacher sa difficulté à poursuivre le récit.    

Au bout d'un moment, une dispute éclata dans le salon. Gantz et moi fîmes mine d'y entrer depuis la porte extérieur mais un hurlement de notre père nous y interdisant nous gela sur place. La discussion se poursuivit bien que sur un ton bien différent d'auparavant. Ils alternaient entre chuchotements et cris de colère. Notre père avait clairement perdu patience quelque part en court de route. Il sermonnait Alex sur comment "ces objets" étaient "des reliques familiales" dont on ne pouvait pas se séparer et je ne sais quoi. Bizarrement, notre père était le seul à hurler dans le tas, on n'entendit ni Alex, ni maman ni l'invitée. L'engueulade dura à peu près 3 minutes, après quoi un lourd silence s’installa.    

Je me souviens qu'on s'était regardés avec Gantz dans une incompréhension totale. Je me souviens avoir imaginer un tas de scénarios loufoques. Comme par exemple qu'Alex avait demandé à papa d'offrir un trésor familial, en guise de bonne foi, à cette fille à laquelle il s'était secrètement marié pendant son absence ou un truc dans le genre.

Si seulement un de ces scénarios tordus s'était révélé vrai... Ça ne m'aurait pas déplu...

Le silence total qui s'était installé dura quelques longues minutes, pendant lesquelles moi et mon grand frère nous demandions si on était prêts à affronter la foudre de notre père pour satisfaire notre curiosité. Mais nous n'avions pas eu le temps de prendre une décision à ce sujet. Un énorme vacarme accompagné d'un bruit sourd et du son d'un liquide renversé, nous poussèrent finalement à faire irruption dans la salle.

Affolés, nous avons ouvert brusquement la porte pour faire face à une scène horrible.

La pièce était en morceaux, le mobilier avait était réduit en charpie, les murs et le sol étaient couverts de sang. Au centre de la pièce, se trouvait Valéria, couverte de sang elle aussi mais d'après ce qu'on pouvait voir elle n'était pas particulièrement blessée. A ses pieds...

...

A ses pieds il...

Il y avait...

Il y avait la...

...

Il y avait... la taille et les jambes de Merody Kanade.

...

Son torse, avait été jeté dans un coin à l'arrière de la salle.

Ses bras et... 

Sa tête, étaient... ailleurs.

Le choque fut conséquent, autant pour moi que pour mon frère. La scène semblait tellement irréelle, la mort de notre mère tellement impossible, que nous n'arrivions même pas à réaliser ce qui venait de se passer. Nous avons fait un blocage total. Nous n'avons même pas réussit à être furieux face au meurtrier de notre mère!

Il n'y avait aucun signe de père ou d'Alex dans le salon. La main droite de mère, là où elle avait atterrit, serrait encore son katana. A l'opposé, Valéria ne tenait rien, elle était juste là, droite comme un i, au milieu de tout ce sang, parfaitement calme et immobile.

Les secondes qui suivirent semblèrent durer une éternité.  

Ni moi, ni Gantz réussîmes à bouger. Seule, cette femme... Non, cette chose! Seule cette chose se tourna, lentement, pour nous faire face. C'est à ce moment... C'est à ce moment que j'ai pu voir ce qu'il y avait vraiment dans ses yeux!   

Ambiance:
 

Saï devint pâle, les souvenirs le faisaient souffrir. Il joint ses mains tremblantes et les cacha sous la table de la salle d'interrogation.

Saï: " Est-ce-que t'as déjà connu l'horreur Luden? Est-ce-que t'as déjà vu quelque chose qui t'a glacé le sang sur le champ? "

Luden: " Tu rigoles? Je suis flic! J'ai même fais la guerre! J'ai vu tout ce que tu veux! Je suis déjà rentré dans des appartements remplis de cadavres d'enfants en rondelles, des choses bien pires que ce que tu viens de me décrire! J'en ai vu tant que tu veux de l'horreur! "

Saï: " Non! 

Non... Non non non... 

Ce n'est pas çà. 

Je parle pas de çà. 

Pardonne moi ce que je vais dire mais... 

Çà c'est rien! 

Moi je te parle de la terreur! De la vraie terreur! Celle qui s'empare de ton être et qui gèle ton âme tel le souffle de la Mort elle même! Par exemple... 

Imagine par exemple. 

Une montagne... Littéralement une montagne, de ces cadavres en rondelles que t'as vu par le passé. Imagine que ces rondelles proviennent d'enfants, de vieux, de femmes et d'hommes, humains et autres. Imagine que cette montagne est tellement grande, qu'il te faut trois jours et trois nuits pour atteindre son sommet. Maintenant, imagine, au sommet de cette montagne, au sommet de tous ces corps mutilés, de toutes ces âmes dévorées, une entité, une ombre, assise sur tout çà. Un monstre aux yeux jaunes.

Toi tu es là, au pied de cette montagne, tu cherche son sommet du regard mais tu ne vois rien, tellement elle est grande, tellement elle te dépasse. Tu ne vois pas le sommet, mais tu vois ses yeux, et dans ses yeux, tu vois des dizaines de montagnes... 

A ce moment... Tu deviens toi même la terreur. 

Toute trace de ton être est effacée et il ne reste plus que la peur.

Étais-tu au courant Luden? 

Ma mère était candidate pour l'examen d'aventurier de rang S. 

Maintenant, dis-moi si tu le sais, quel genre de monstre peut déchiqueter un rang S en quelques minutes... Par ce que moi, je ne le sais pas. "   

L'inspecteur regarda Saï dubitatif. Toute cette histoire était des plus curieuses, il ne savait pas vraiment quoi lui dire à par lui donner ses condoléances et il n'était pas plus d'humeur à les donner que le prisonnier était à les recevoir.

Quelques instants plus tard, quand l'homme aux cheveux blancs fut enfin en mesure de continuer, il reprit son récit, revenant petit à petit à son attitude habituelle.

Ambiance:
 

Bon... Je crois que ça suffit.

L'incident ne s’arrêta pas là évidemment. 

Gantz et moi, absolument terrorisés par la scène devant nos yeux et le regard de cette chose, sommes restés pétrifiés devant la porte. Nous avons laissé Valéria s'échapper en marchant entre nous, priant pendant qu'elle le faisait pour qu'elle nous laisse la vie sauve. 

Quand on a retrouvé un semblant de courage, nous avons réussit à nous rendre dans les autres pièces de la maison. Encore une fois, aucune trace d'Alex, mais j'ai trouvé une lettre de sa part dans ma chambre. Gantz quant à lui, trouva notre père gravement blessé et inconscient dans une autre pièce.

Luden: " Il y avait quoi d'écrit dans cette lettre? "

Saï: " Rien qui ne te concerne! "

Luden: " Je vois. "

Dans la même soirée, on a apprit que la maison des Gaen avait également été attaquée. Beaucoup de gens sont morts... Heureusement Kashia et Saya étaient en route pour venir chez nous donc elles ont échappé au massacre. 

Le bilan final de ces incidents était le suivant. Une lame légendaire ou je ne sais quoi avait été volé chez les Gaen, un genre d'œuf ou quelque chose de la sorte avait disparu de chez nous, les relations entre les deux clans en ont prit un énorme coup et... encore une fois, beaucoup de morts...

Le pays entier avec en tête les Hakuryu et les Gaen déclarèrent la guerre à mon grand frère qui a disparu depuis. 

La suite tu la connais.

Saya a rejoins les Irréguliers d'Arès et est devenue une personne d'importance dans la guilde de mercenaires. Gantz est devenu membre du conseil des sages, Kashia le suit partout dans l'espoir de le convaincre de lancer une expédition armée contre Alex si il refait surface un jour.

Personnellement, je n'ai pas montré autant d'animosité que les autres à l'égard d'Alex et ça s'est retourné contre moi. Pas que je le regrette ceci dis. Mon père, mon frère, ma sœur et diable, Saya elle même, se sont fâchés que je n'en veule pas à Alex et m'ont viré de la maison et du pays!     

Saï: " Ce qui m'a poussé à venir dans votre beau pays à la recherche de travail et de sanctuaire. Voilà mon histoire monsieur Luden Kreiss! " 

L'inspecteur hocha la tête en approbation, avant de lui répondre d'une voix qui commençait à trahir son énervement grandissant. 

Ambiance:
 

Luden: " Je vois, je vois... Très bien tout çà mais... Quand je t'ai demandé ton histoire... Je ne parlai pas de l'histoire de ta vie! Ce que je voulais savoir, c'est ce que tu foutais à deux heures du matin, complètement BOURRE ET ARME D'UN COUTEAU A BEURRE A MENACER LES CLIENTS DE LA TAVERNE LOCALE QUE TU ALLAIS "RECTIFIER" LA VIRGINITÉ DE LEURS FILLES!!! "  

Saï: " Oh mais je sais que tu t'en fout de ma vie! C'est juste que comme vous me faite perdre mon temps pour rien ici à la station, je me suis dis que j'allais vous rendre la pareille! J'ai donc inventé une belle histoire et... "

Le rônin de mauvaise heure avait un énorme sourire de satisfaction sur les lèvres, tandis que l'inspecteur en face de lui avait viré au rouge. Luden se leva brusquement, ayant regardé sa montre pour réaliser que ça faisait déjà TROIS heures qu'il aurait dut quitter le commissariat pour rejoindre le confort de son lit douillet! 

Luden: " ESPÈCE DE PETITE P... "

Complètement à bout, il avait saisit Saï par le cou et s’apprêtait à lui foutre un pain dans la gueule quand la porte s'ouvrit, l’arrêtant net, poing encore en l'air. Une autre policière fit son apparition, elle resta au pas de la porte et regarda les deux hommes d'un air inquiet.

Le sex appeal de la policière: " Euh... Monsieur Kreiss? "

Luden: " QUOI? JE TRAVAIL LA! "

Toujours immobile le poing levé.

La policière: " Oui, bien-sur... Tout va bien monsieur? "

L'inspecteur transformé en tomate, lâcha finalement son prisonnier en même temps qu'un long, très long soupir, finissant par s'affaler sur sa chaise. 

Luden: " Oui. Tout va très bien... Les choses ne sont jamais allées mieux! Vous allez me dire maintenant pourquoi vous êtes là??? " 

La policière: " En fait, une dame viens de payer pour la libération de ce monsieur... Donc si vous avez fini ici on devrait le laisser partir... "

Saï: " Oui, vous devriez! "

Kreiss lui jeta un regard meurtrier. L'elfe hésita quelques secondes avant de rendre les armes. 

Luden: " Oui, faites ce que vous voulez, faites moi disparaître ce con! Allé! Oust! Et que je ne te vois plus devant moi!!! "

Luden sortit de la salle toujours un peu furieux, pendant que sa collègue détachait les menottes du danger publique qui allait retrouvé la liberté sous peu. En claquant la porte derrière lui, Luden provoqua le mouvement d'une masse amorphe posée sur le banc pile à l'extérieur de la salle d'interrogations. Il s'agissait en fait de la pile électrique de renommée locale, Miyabi Ackerman, qui était en train de dormir sur le banc. 

L'inspecteur la contempla brièvement, se demandant si il devait lui hurler dessus ou se joindre à elle. Finalement, il déboutonna sa chemise qu'il utilisa pour couvrir la recrue, restant lui même en T-shirt. 

La porte de la petite salle se rouvrit et sa collègue accompagna Saï vers la personne qui avait payé pour sa libération, passant devant l'elfe qui lui jeta un ultime regard noir.

Ambiance:
 

Saï: " Ce fut un plaisir Luden! " 

Lui lança le rônin sur un ton outrageusement moqueur qui ne manqua pas de raviver la colère de l'inspecteur dont la main alla automatiquement chercher le revolver à sa ceinture, revolver qui heureusement n'était as sur lui à cet instant.

Luden: " OU EST MON ARME??? QU'ON ME DONNE MON ARME!!! JE VAIS LE PETER JE VAIS LE... " 

La policière: " Monsieur Kreiss! Calmez vous monsieur s'il vous plait!!! "

L'intervention rapide de la pauvre femme calma quelque peu l'elfe qui finit par se taire. Plus de bruit que de mal, la petite scène n'avait même pas suffit à réveiller Miyabi qui pourtant dormait à deux pas de l'inspecteur.

Luden: " Oui, désolé c'est la fatigue, vous avez raison. Virez moi ce type s'il vous plait, il m'énerve! ET QUE QUELQU'UN RÉVEIL ACKERMAN POUR QU'ELLE RENTRE CHEZ ELLE A LA FIN! Maintenant, si vous voulez bien m'excuser, j'ai de la paperasse à faire! "

C'est ainsi que commença l'aventure de Saï Hakuryu qui vit Anauroch sous un nouveau jour après avoir passé la nuit dans une cellule de Dûrgrimst.




Informations:

Prénom: Saï

Nom: Hakuryu

Surnom: the White King

Age: 20 ans

Guilde: aucune et il ne compte pas en rejoindre une vu qu'il souhaite créer son propre royaume

Lieu d’origine: Izashi

Occupation: mercenaire, rônin de mauvaise heure, aventurier de rang D

Profession: glandeur et casse couilles professionnel, princess hunter

Type de magie: la magie des rois, plus précisément celle du roi blanc qui contrôle la gravité

Argent de départ: 200 Dormns

Thème musical:


Caractère:

Saï est une personne assez simple dans le sens ou il a des traits facilement reconnaissables. Par exemple, malgré le fait qu'il soit ambitieux, il est également flemmard. Heureusement pour lui, il est suffisamment intelligent, vicieux et persistent pour arriver à bout de tous les obstacles qui se sont dressés sur son chemin jusqu’à présent. C'est quelqu'un de malin qui aime jouer des tours aux gens, les dupant parfois pour son simple plaisir. Par conséquent, il n'est pas toujours honnête avec tout le monde, on pourrait même dire que c'est un sacré menteur! Fier et fanfaron, il lui arrive très souvent d’exagérer les exploits réalisés lors de ses diverses aventures, voir de s'en imaginer quelques uns de toutes pièces!

Physique:

Le petit dernier des Hakuryu est en vérité un jeune homme de 20 ans, 1m80 et environ 65 kilos. Ses cheveux sont complètement blancs comme ceux du reste des membres de son clan et lui descende jusqu'au bas de la nuque où ils commencent à partir en pointes de tous les cotés (c'est également le cas pour certains autres endroits aléatoires de sa coiffure). Son visage est fin et légèrement triangulaire avec un menton et un nez peu prononcés. Ses yeux sont vert clair et un peu plissés, de plus son œil gauche porte une cicatrice verticale encore un peu rouge. Son corps musclé et viril de beau gosse est également couvert de pas mal de cicatrices, certaines proviennent de chutes, d'autres de lames, les endroits les plus affectés étant le torse, le dos et ses bras. Ah oui, il a une bite aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apollo Anansi
Rang D
Rang D
avatar

Messages : 260
Date d'inscription : 26/08/2013
Age : 24

Feuille de personnage
Points de Vie:
1310/1310  (1310/1310)
Points de Mana:
197/197  (197/197)
Stat:
StatBase Equip.
Niv.99
For.88
Int.2525
Con.1515
Dex.813
ATQ.7575
MATQ.160160
DEF.103103
MDEf4040
Endu.505505
Vit.46
AM12

MessageSujet: Re: Saï Hakuryu [Histoire]   Sam 2 Mai - 14:54

C'est validé! Même si je ne comprends pas pourquoi on a besoin de valider une fiche histoire...




"Le bien, le mal peuvent-ils être quantifiés? Le destin d'une âme n'a-t-elle pas une valeur si inestimable qu'il n'est pas possible de la réduire à une simple mesure? Telle est la question..." -Apollo Anansi

"Ne jouez pas à saute-mouton avec une licorne!" - Emilia Anansi

"Le monde entier est un théâtre, et tous, hommes et femmes, n'en sont que des acteurs. Et notre vie durant, nous jouons plusieurs rôles." - ???
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Saï Hakuryu [Histoire]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.
» Petite histoire aux grandes aventures :D
» Une petite histoire ... pour se remonter le moral !
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
World Of Haerii :: Pour bien commencer :: Les outils du rôle-play :: Fiches Personnages :: Personnages-Joueurs-